Lois de Mendel appliquées au croisement entre le lapin et le petit pois

Vers 1850, Gregor Mendel établit les trois principes de l’hérédité à la suite d’expériences de croisements de variétés de pois.

Cent cinquante ans plus tard, dans le cadre de sa recherche fondamentale, l’unité de cuniculiculture du laboratoire de recherche artistique In Vivo du NeoConsortium a prolongé les travaux de Mendel en étudiant le croisement de petits pois (Pisum sativum) avec des lapins (Oryctolagus cuniculus).

Lois de Mendel appliquées à la production de Moduloform F1

A la première génération, pas de surprise : nous n'obtenons que des lapins. Conformément aux lois établies par Mendel, le caractère "lapin" domine le caractère "pois". Mais, dès la seconde génération, nos prévisions se vérifient, et l'on obtient des hybrides particulièrement intéressants, notamment des Moduloform.D. Johanne Germain, expert en pois

Vérification colorimétrique de l'hybride lapin x pois

Hydratation de l'hybride

Oxygénation du Moduloform F1

Les chercheurs de l’unité de cuniculiculture ont aussi tenté le croisement de lapins et de carottes, afin d’obtenir une belle coloration orange. Malheureusement, ces recherches n’ont jamais pu être menées à leur terme.

Réactualisation des formes animales

Les formes des animaux, en particulier celles des mammifères, sont maintenant bien connues, très peu ont été découvertes au XXIème siècle. L’évolution naturelle des formes est très lente. Or, l’esthète contemporain, fortement sollicité par ailleurs, attend un renouvellement permanent de son environnement visuel.

L’unité d’étude morphogénèse/mammifère travaille sur la réactualisation des formes des mammifères en vue de les faire entrer dans la modernité. Elle présente ici ses travaux en cours qui portent sur la souris commune (Mus (Mus) musculus).

Nous obtenons des résultats spectaculaires sur les souris. Demain, nous pourrons modifier la forme de n’importe quelle espèce de mammifère. Pour l’instant, quelques détails, comme les moustaches ou la queue nous résistent encore, mais nos recherches pour les escamoter se poursuivent. D. Edith Saturnin, chargée de recherche sur les petits mammifères, Laboratoire de Recherche Artistique In Vivo

Production d’agrumes d’art par transgénèse

Après des années d’expérimentations acharnées, nous sommes enfin parvenus à faire produire des Moduloform du bon calibre à un oranger en pot par introduction d’un transgène. *D. Gérard Laurent, directeur de l’unité génie génétique du Laboratoire de Recherche Artistique In Vivo

Symbole de pouvoir, auparavant réservé à une élite, l’orange (Citrus Sinensis) a depuis perdu son statut de fruit de luxe. Le NeoConsortium se propose d’écrire une nouvelle page dans l’histoire de cet agrume, en restaurant son caractère de fruit d’exception : chaque orange devient une œuvre d’art unique.

Les perspectives économiques d’une telle découverte restent difficilement quantifiables et l’on peut raisonnablement envisager qu’elles donneront lieu à une révolution tant artistique que fruitière et maraichère.

Nous sommes très honorés que des milliers de producteurs d’oranges en Espagne, Floride, Brésil et Afrique du Sud, se préparent à convertir leur plantation d’orange de table en plantation d’agrume d’art à forte valeur ajoutée.

* Le détail des travaux menés est couvert par le secret industriel (brevet en cours).

Le Laboratoire de Recherche Artistique In Vivo

À la pointe de l’innovation technologique et artistique, au NeoConsortium nous mobilisons en permanence nos équipes de recherche à travers le monde afin de faire produire de l’art par du vivant.
Gisèle André
Responsable opérationnelle de la Direction Principale de l’Art du Futur.

En investissant massivement dans des outils de recherche et de sélection variétale, le NeoConsortium veut fournir à l’ensemble des filières de l’industrie agroesthétique des variétés innovantes et performantes, tant sur le plan de la culture que de la production, pour satisfaire aux attentes des collectionneurs et des institutions.