Département de la Gymnastique Productive

La complexité et les spécificités du Moduloform donnent lieu à une recherche et une innovation constante. Entre 1882 et 1914, les équipes de recherche du NeoConsortium se sont intéressées aux possibilités de la Gymnastique Productive, qui permettait une approche sensible du Moduloform.  La Gymnastique Productive a depuis évolué vers de nouvelles formes. A l’occasion du tricentenaire, le service d’Optimisation Poétique a voulu rendre hommage à ces pionniers sans lesquels le Modulofom ne serait pas devenu ce qu’il est.

En s’impliquant corporellement, les chercheurs du service de Gymnastique Productive nous rappellent que l’investissement personnel est l’une des 33 valeurs fondamentales du Consortium.
A ce titre, ils méritent notre respect et doivent demeurer une source d’inspiration pour nous tous au NeoConsortium.
Jérôme Constant, responsable des moyens humains

Lois de Mendel appliquées au croisement entre le lapin et le petit pois

Vers 1850, Gregor Mendel établit les trois principes de l’hérédité à la suite d’expériences de croisements de variétés de pois.

Cent cinquante ans plus tard, dans le cadre de sa recherche fondamentale, l’unité de cuniculiculture du laboratoire de recherche artistique In Vivo du NeoConsortium a prolongé les travaux de Mendel en étudiant le croisement de petits pois (Pisum sativum) avec des lapins (Oryctolagus cuniculus).

Lois de Mendel appliquées à la production de Moduloform F1

A la première génération, pas de surprise : nous n'obtenons que des lapins. Conformément aux lois établies par Mendel, le caractère "lapin" domine le caractère "pois". Mais, dès la seconde génération, nos prévisions se vérifient, et l'on obtient des hybrides particulièrement intéressants, notamment des Moduloform.D. Johanne Germain, expert en pois

Vérification colorimétrique de l'hybride lapin x pois

Hydratation de l'hybride

Oxygénation du Moduloform F1

Les chercheurs de l’unité de cuniculiculture ont aussi tenté le croisement de lapins et de carottes, afin d’obtenir une belle coloration orange. Malheureusement, ces recherches n’ont jamais pu être menées à leur terme.

Conservatoire des Constructions évanescentes

Annonciation de San Marco

Peinte par Fra Angelico vers 1437 L'Annonciation de San Marco a été réalisée à fresque sur un des murs du couvent. En 1441, à la suite d’une intervention d’un poète initié à l’art des vers géométriques, un Moduloform subtil apparait au centre de la fresque. Un des moines du couvent, témoin d’une manifestation de l’œuvre en recueille une émanation partielle et diffuse. Conservée en atmosphère protégée, elle est ici reconstituée grâce aux technologies développées par le Conservatoire des Constructions Evanescentes du NeoConsortium

Réactualisation des formes animales

Les formes des animaux, en particulier celles des mammifères, sont maintenant bien connues, très peu ont été découvertes au XXIème siècle. L’évolution naturelle des formes est très lente. Or, l’esthète contemporain, fortement sollicité par ailleurs, attend un renouvellement permanent de son environnement visuel.

L’unité d’étude morphogénèse/mammifère travaille sur la réactualisation des formes des mammifères en vue de les faire entrer dans la modernité. Elle présente ici ses travaux en cours qui portent sur la souris commune (Mus (Mus) musculus).

Nous obtenons des résultats spectaculaires sur les souris. Demain, nous pourrons modifier la forme de n’importe quelle espèce de mammifère. Pour l’instant, quelques détails, comme les moustaches ou la queue nous résistent encore, mais nos recherches pour les escamoter se poursuivent. D. Edith Saturnin, chargée de recherche sur les petits mammifères, Laboratoire de Recherche Artistique In Vivo

  • Réactualiser les formes animales

Production d’agrumes d’art par transgénèse

Après des années d’expérimentations acharnées, nous sommes enfin parvenus à faire produire des Moduloform du bon calibre à un oranger en pot par introduction d’un transgène. *D. Gérard Laurent, directeur de l’unité génie génétique du Laboratoire de Recherche Artistique In Vivo

Symbole de pouvoir, auparavant réservé à une élite, l’orange (Citrus Sinensis) a depuis perdu son statut de fruit de luxe. Le NeoConsortium se propose d’écrire une nouvelle page dans l’histoire de cet agrume, en restaurant son caractère de fruit d’exception : chaque orange devient une œuvre d’art unique.

Les perspectives économiques d’une telle découverte restent difficilement quantifiables et l’on peut raisonnablement envisager qu’elles donneront lieu à une révolution tant artistique que fruitière et maraichère.

Nous sommes très honorés que des milliers de producteurs d’oranges en Espagne, Floride, Brésil et Afrique du Sud, se préparent à convertir leur plantation d’orange de table en plantation d’agrume d’art à forte valeur ajoutée.

* Le détail des travaux menés est couvert par le secret industriel (brevet en cours).

Molitor 3ème tentative de bleu

Lors de l’exposition Under the Wave organisée au sein du prestigieux hôtel Molitor (groupe Accor), point de ralliement pour la communauté artistique et culturelle, le Bureau des Polygones du NeoConsortium, en association avec le Département de Gestion des Ressources Poétiques, a eu l’honneur et l’avantage de présenter un Moduloform bleu piscine dans le bassin d'hiver.

Cette exposition a remporté un vif succès! Il était temps que Molitor devienne cet espace privilégié, cet écrin raffiné, dans lequel notre Moduloform peut révéler toute sa richesse. Ses facettes bleutées y jouent avec les reflets du bassin d'hiver pour le plus grand plaisir d'une clientèle choisie.
Alain Alain, attaché aux figures rhétoriques

Molitor est le lieu où tout arrive

L'implantation des Moduloform dans le bassin couvert de la piscine Molitor est un des épisodes héroïques de notre histoire. Le mystère qui l'entoure a alimenté de nombreuses rumeurs. Aujourd'hui encore, il demeure difficile de démêler le vrai du faux. Dans le cadre des chroniques du tricentenaire, le Consortium ouvre ses archives sur une énigme qui a fait couler beaucoup d'encre : la disparition du Moduloform du bassin d'hiver.

Migration des Moduloform vitreux

C'est en 1290, lors d'une intervention d’un maitre verrier initié à l’art des polygones subtils dans la cathédrale de Sienne que les premiers Moduloform vitreux sont apparus.
S'émancipant progressivement de leur matrice, ces supports matériels narratifs sont devenus autonomes et itinérants. Durant des siècles, ils ont suivi les chemins des grands pèlerinages chrétiens.
Leur migration achevée, ils se rassemblent en silence sous la voute des cathédrales.
Celui que nous présentons ici a été observé en Juin 2016 à la Chapelle Saint-Sauveur d'Issy-les-Moulineaux. Il évoque les femmes de Jérusalem.

Ce story-telling a été produit par le Bureau de l’Enchantement Vertical en collaboration avec le Département des Narrations Plastiques et Religieuses du NeoConsortium.

Surgissement d’un Moduloform dans un logement social des années 50

Reconstitution du surgissement d'un Moduloform dans un salon des années 50.
Atelier de l'Office Public de l'Habitat, Ivry-sur-Seine, 2014.

C'est au Salon des Arts Ménagers de l'année 1948 que le NeoConsortium expose pour la première fois en France les Moduloform domestiques.

Moduloform, Moduloform... Moduloformidable!

Le Moduloform devient la première œuvre d'art enfin accessible à tous. Réunissant à lui-seul tous les perfectionnements techniques et conceptuels de l'Art le plus avant-gardiste, le Moduloform est la marque de prestige dont chaque foyer rêve de s'enorgueillir.

En Formica, le Moduloform habite les cuisines. En skaï, il trône dans le salon. Carrelé, il illumine les salles de bains. Vinyle, linoléum, tous les revêtements lui conviennent.

Vue du stand du Consortium sous la nef centrale du Grand Palais, Salon des Arts Ménagers 1948

Extrait du catalogue du Salon des Arts Ménagers 1948, Laboratoire du slogan moderne

Le Moduloform remporte immédiatement un vif succès auprès du public. Le stand du Consortium est littéralement pris d'assaut, les commandes de Moduloform explosent. Heureusement, grâce à ses procédés modernes de fabrication, le Consortium sait répondre à toutes les demandes.

Et l'on retrouve bientôt un Moduloform dans chaque foyer moderne

A l'occasion de la Nuit Blanche d'Ivry 2014, soixante-six ans après cet événement fondateur, le département d'implantation In Situ et In Temporibus du Consortium a reconstitué l'apparition du Moduloform dans un salon des années 50.

Comme de nombreux autres produits novateurs, le Moduloform a su se démocratiser pour révolutionner la modernité.

Le Moduloform

Leader sur le marché des formes plastiques à grande ubiquité

Quand j'ai vu les spécifications du Moduloform, j'ai tout de suite compris que nous allions bouleverser le marché des formes itératives: son spectre d'investigations était juste gigantesque, j'ai pleuré.Michel Albert, directeur en chef du Laboratoire de Recherche en Prospective Plastique

Une métaforme conçue pour la performance

Mis au point par les ingénieurs du Bureau des Polygones, le Moduloform est devenu le produit phare du NeoConsortium. A la pointe du développement artistique contemporain, il fait l'objet d'une innovation plastique et conceptuelle permanente.

Votre Moduloform

Le Moduloform est disponible dans une incroyable diversité de tailles et de coloris, sur une multitude de supports.
Que vous soyez un particulier ou une institution, votre Moduloform sera l'expression la plus pertinente de votre contemporanéité.
Partout dans le monde, nos équipes sont à votre écoute 24H sur 24, 7 jours sur 7 pour définir avec vous le Moduloform qui vous exaltera!

Le mystère de la disparition du Moduloform à Molitor

Dans le cadre de la publication des archives du tricentenaire, nous revenons ici sur un épisode mystérieux du département des Polygones: la disparition d’une instance du Moduloform lors de sa présentation au public dans le bassin d’hiver de la piscine Molitor. Le témoignage de Bernard Gérard, ancien chef du Service des Techniques itératives du Bureau des Polygones, est édifiant.

Avertissement légal : les propos ci-dessous ne représentent en aucun cas l’avis officiel du Consortium et ne l’engagent en rien. Ce témoignage est fourni en l’état sans garantie d’aucune sorte. Le lecteur se forgera une opinion à ses seuls risques et périls, sous sa seule responsabilité.

Une vérité intriguante.

“On a longtemps dit que le Moduloform présenté à la piscine Molitor dans le bassin d’hiver avait été en grande partie détruit par le directeur de l’établissement. C’est faux: pourquoi le directeur de la piscine Molitor aurait-il détruit une œuvre d’art qu’il avait lui-même commandité? C’est absurde!

 

La vérité est très différente et bien plus intriguante.

 

A l’époque, je travaillais au sein du Bureau des Polygones. Plus précisément je dirigeais le Service des Techniques itératives. Avec mon équipe, nous venions de jeter les fondements du Moduloform: nous étions les rois du monde!

Quand il a été question de présenter en avant-première le Moduloform à la piscine Molitor, nous étions tous très excités! En hommage au lieu nous avons décidé que le premier Moduloform jamais réalisé serait bleu piscine.

Pour l’installation, on nous a imposé de collaborer avec le Département de Gestion des ressources poétiques. Ces types-là, ceux de la ressource poétique, je dois dire qu’on ne les aimait pas beaucoup. Surtout leur attaché aux figures rhétoriques, Alain Alain. Il n’était qu’au début de sa carrière, mais il m’agaçait déjà. On le soupçonnait d’avoir intrigué pour nous voler la vedette et parmi mes gars, plusieurs étaient salement énervés. J’essayais de calmer le jeu, mais je dois dire que je ne comprenais pas bien pourquoi on nous les avait collés sur le dos…

D’ailleurs, le jour de l’installation du Moduloform à Molitor ils ne se sont absolument pas intéressés à ce que nous faisions. Pendant que nous travaillions dans une cabine du bassin d’hiver, sur la coursive voisine, trois de leurs gars répétaient en boucle et à l’envers la chorégraphie du lac des cygnes. Les autres s’étaient groupés plus loin et récitaient de la prose mais l’acoustique du bassin étouffait leur chœur.

De toute façon, il y avait pas mal de boulot. Nous étions très serrés dans la cabine étroite et rapidement, nous avons cessé de nous occuper d’eux. Les principes que nous avions établis se vérifiaient les uns après les autres: convexité arborescente, résonnance esthétique, contraste angulaire, isotropie métaphorique… Nous étions exaltés! La soirée était bien avancée quand nous avons terminé. L’installation du Moduloform était un succès que nous avons joyeusement célébré au bar! J’ai même proposé à Alain Alain de se joindre à nous, mais il a décliné l’invitation, à sa façon sournoise.

J’ai supposé le pire, mais je n’aurais jamais imaginé ça!

Quelques heures après, nous n’étions plus très nombreux mais sérieusement alcoolisés. Un maitre-nageur est venu nous chercher en courant. Il était affolé. En le suivant, j’ai supposé le pire, mais je n’aurais jamais imaginé ça!

On a dessaoulé net: le Moduloform s’était dilaté, il occupait à présent la moitié de la cabine!

 

Alain Alain était là, près de nous sur la coursive. Lui aussi se taisait mais j’aurais juré qu’il souriait. Comme j’étais le seul chef du Bureau des Polygones encore présent, c’est moi qui me suis approché du Moduloform. J’ai avancé ma main lentement, il était un peu chaud.

J’ai demandé à François Michel, un ingénieur en Angles obtus en qui j’avais toute confiance, de noter les mesures et j’ai commencé à faire tout un tas de relevés. Température, taille, transcendance, colorimétrie, harmonie, acidité, fréquence du spectre… Je dois dire que je ne savais pas bien quoi surveiller, alors je mesurais tout.

 

Une œuvre d’art qui défiait toutes les lois de la matière.

C’était trop lent pour être vu à l’œil nu, mais dans l’heure qui a suivi le Moduloform avait encore grandi. Je ne savais pas quoi faire. Les gars se lassaient de ne rien voir, la fatigue et peut-être aussi l’alcool leur brouillaient les idées. Je les ai envoyés se coucher et je n’ai gardé avec moi que François Michel. Alain Alain a refusé de quitter le bassin, le maitre-nageur s’était endormi sur une banquette. Il faisait de plus en plus chaud et le Moduloform remplissait à présent la cabine.

A l’aube il a traversé les parois. Rien ne semblait pouvoir le contenir. François Michel a failli suffoquer en voyant apparaitre une facette bleue sur le mur ocre contre son épaule. Alain Alain semblait beaucoup s’amuser et je me souviens avoir cru que c’était mon désarroi qui l’amusait autant.

 

J’étais face à une œuvre d’art qui défiait toutes les lois de la matière et j’étais totalement démuni.

 

Un craquement a traversé le bâtiment. En même temps et tout autour du bassin, d’autres Moduloform ont surgi en plusieurs points. Maintenant, partout où ils étaient apparus, ils semblaient enfler à un rythme accéléré. Leurs présences et la chaleur qu’ils dégageaient ensemble étaient de plus en plus oppressantes. A ce moment-là j’ai réalisé que rien n’arrêterait leur course. Il fallait faire quelque chose!

 

Qui aurait cru qu’un jour, je songerai à détruire une œuvre du Bureau des Polygones? Contre toute attente, Alain Alain a tenté de me retenir. “Soyez raisonnable” m’a-t-il susurré, “vous n’y pouvez rien”.

Je n’ai jamais aimé Alain Alain et il se trompait. J’avais participé aux spécifications du Moduloform. Je savais où frapper et par où commencer.

 

Voilà, c’est moi qui ai détruit la partie émergée du Moduloform dans le bassin d’hiver de la piscine Molitor. Alain Alain n’a plus rien tenté pour m’en empêcher, il a quitté la coursive. Il ne m’a jamais dénoncé et j’ai longtemps cru que j’avais une dette envers lui.

Depuis cette nuit-là, j’ai refait mille fois les calculs, j’ai examiné toutes les courbes pour comprendre pourquoi cette œuvre d’art avait échappé à notre contrôle. Et à présent, j’ai la certitude qu’au moment même où nous l’installions, le Département de gestion des ressources poétiques la dénaturait.

 

En dépit de sa disparition, le Moduloform continue d’envahir le bassin d’hiver de la piscine Molitor.

J’ai repensé longuement aux évènements de cette nuit-là et je suis certain qu’en dépit de sa disparition, le Moduloform continue d’envahir le bassin d’hiver de la piscine Molitor. Je n’ai détruit que son enveloppe, je suis sûr que son essence continue de se dilater et si l’on utilisait les bons instruments de mesure, je suis convaincu que l’on trouverait ses arêtes qui traversent toujours le bâtiment de part en part.”